Le Glossaire de l'ISU contient des termes statistiques relatifs à l'éducation, la science et technologie, la culture et la communication. Certains termes sont traduits dans une ou plusieurs langues suivantes : Arabe, Anglais, Chinois, Français, Espagnol et Russe. D'autres présentent des informations plus détaillées, telles les définitions, les formules de calcul pour indicateurs et les sources. Les indicateurs sont identifiés par un astérisque.

Ce Glossaire est un outil vivant, actualisé régulièrement par l'ISU. Afin de l'enrichir et d'en améliorer la qualité, les utilisateurs sont invités à envoyer leurs commentaires et suggestions à uis.information@unesco.org.
Naviguer par lettre
Chercher par mot
  • Langue
  • Anglais
  • Français
  • Espagnol
  • Arabe
  • Russe
  • Chinois
Naviguer par étiquette
Afficher tous les termes dans une seule page

Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement

Définition
Indicateur ODD 4.5.4: Financement initial total du gouvernement (central, régional, local), privé (ménages et autres sources privées) et internationales pour un niveau d'enseignement donné (préprimaire, primaire, premier cycle du secondaire, deuxième cycle du secondaire, post-secondaire non supérieur et supérieur éducation) par élève inscrit à ce niveau dans une année donnée. Les résultats doivent être exprimés (i) en pourcentage du PIB par habitant; et (ii) en PPA $ (constant). À moins qu'une ventilation supplémentaire ne soit proposée, cet indicateur prend en compte le financement des institutions publiques et privées ensemble.
Source de la définition
Institut de statistique de l'UNESCO.
But
Cet indicateur reflète le montant des ressources investies en moyenne dans un seul étudiant, allant au-delà des sources gouvernementales pour qu'un coût unitaire réel puisse être calculé. L'utilisation d'une base par élève est utile pour la comparaison, que ce soit entre les niveaux d'éducation, au fil du temps ou entre les pays. Exprimer l'indicateur soit en pourcentage du PIB par habitant, soit en PPA $, permet également des comparaisons entre les pays, et l'utilisation de valeurs constantes lors de l'examen des séries chronologiques est nécessaire pour évaluer l'évolution des ressources réelles (en éliminant les effets de l'inflation) dans le temps.
Méthode de calcul
Le pourcentage du financement initial total (c'est-à-dire y compris les transferts payés mais à l'exclusion des transferts reçus) provenant de sources gouvernementales (centrales, régionales, locales), privées (ménages et autres privés) ou internationales pour un niveau d'enseignement donné (pré-primaire, primaire, premier cycle du secondaire, deuxième cycle du secondaire, post-secondaire non supérieur et supérieur) sur le nombre d'étudiants inscrits à ce niveau au cours d'une année donnée. Le résultat est divisé (i) par le PIB par habitant; et (ii) par le facteur de conversion PPA $.
Données exigées
Données sur les dépenses des administrations centrales, régionales et locales en matière d’éducation par niveau d’enseignement et type d’établissement; dépenses des ménages et (idéalement) d'autres dépenses privées d'éducation par niveau d'enseignement et type d'établissement; dépenses internationales d'éducation par niveau d'enseignement et type d'établissement; nombre d'étudiants inscrits par niveau d'enseignement et type d'établissement.
Source de données
Au niveau national, les systèmes de gestion financière des ministères des finances et / ou des ministères de l'éducation sont à l'origine des dépenses publiques d'éducation, bien que la ventilation par niveau implique souvent des estimations utilisant des données sur les élèves et / ou les enseignants par niveau. Les données sur les dépenses des niveaux inférieurs de l'administration peuvent être centralisées ou collectées directement auprès des autorités locales.

Les dépenses des ménages pour l'éducation sont collectées au moyen d'enquêtes sur la consommation / dépenses, bien que peu d'enquêtes ventilent les dépenses par niveau d'éducation, type d'école et / ou nature des dépenses. Les recensements scolaires de certains pays collectent également des données sur les contributions financières / en nature des ménages / étudiants.

Pour soutenir la collecte de données de haute qualité, l'ISU et la Banque mondiale (2018) ont publié un guide sur la conception et la mise en œuvre d'enquêtes auprès des ménages qui incluent la mesure des dépenses d'éducation. Le guide fournit un ensemble normalisé de lignes directrices pour favoriser l'harmonisation des données sur les dépenses d'éducation dans les enquêtes auprès des ménages, et pour garantir que les données collectées soient plus facilement comparables entre les enquêtes et les pays et soient suffisamment complètes tout en tenant compte des besoins spécifiques des pays.

Les données sur d'autres sources privées de financement de l'éducation (par exemple les entreprises, les ONG locales) sont rarement collectées de manière systématique et nécessiteraient souvent des enquêtes supplémentaires conduites par d'importants travaux d'analyse, de préparation et de plaidoyer.

Les sources internationales peuvent être disponibles par le biais des systèmes financiers gouvernementaux lorsqu'elles sont inscrites au budget, et des financements internationaux hors budget peuvent parfois être disponibles par le biais des systèmes de gestion de l'aide gouvernementale, bien que rarement avec la ventilation nécessaire (par exemple par niveau d'éducation). Des sources de données pour le financement international, telles que la base de données OCDE-CAD ou l'Initiative internationale pour la transparence de l'aide (IITA) peuvent être utilisées en complément, mais présentent souvent des problèmes de compatibilité avec d'autres sources, telles que les archives gouvernementales.
Formule
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement Dépenses par étudiant au niveau n d’enseignement de la source de financement s en pourcentage du PIB par habitant
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement Dépenses par étudiant au niveau n d’enseignement de la source de financement s en PPP $ constant
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement Dépenses au niveau n d’enseignement de la source de financement s
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement inscription au niveau n d'enseignement
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement PIB par habitant
Dépenses d’éducation par élève, par niveau d’enseignement et source de financement facteur de conversion PPP $ constant
Types de désagrégation
Par niveau d'enseignement, source de financement (gouvernement, privé, international), type d'établissement (public / privé) mais avec une couverture inférieure prévue pour les établissements privés. Pour les dépenses des ménages, la ventilation par richesse, lieu et sexe pourrait également être calculée, mais pas pour les sources gouvernementales et internationales.
Interprétation
Financement public: Considéré en pourcentage du PIB par habitant, une valeur plus élevée indiquerait une plus grande priorité au niveau spécifique d'enseignement donné par les autorités publiques. Considéré en PPA $, l'indicateur peut montrer le montant «réel» des ressources investies dans un élève.

Financement privé / ménage: une valeur plus élevée signifierait un fardeau plus lourd pour les ménages, et des implications potentielles pour l'équité et l'accès à l'éducation.

Pour les sources internationales: une valeur plus élevée signifierait un plus grand engagement des bailleurs de fonds à un niveau d'éducation dans un pays donné, mais aussi potentiellement un plus grand degré de dépendance de l'aide pour les gouvernements en termes de financement de l'éducation.

Pour toutes sources confondues: l'indicateur montrerait la valeur totale réelle des ressources investies dans un élève, et donc le coût unitaire réel. Étant donné que l'indicateur est construit à une échelle comparable (c'est-à-dire pour un étudiant, et par rapport au PIB par habitant ou en utilisant une monnaie commune), toutes ses sous-composantes peuvent être comparées à d'autres niveaux d'éducation, au fil du temps, ou entre pays.

Références
Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) et Banque mondiale (2018). ‘Measuring Household Expenditure on Education: A Guidebook for Designing Household Survey Questionnaires’. Washington, DC: Banque mondiale. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000366764
Standard de qualité
L'indicateur doit être calculé à partir de données complètes sur les inscriptions et les dépenses d'éducation provenant de sources gouvernementales, privées et internationales pour tous les niveaux d'enseignement couverts par l'indicateur, pour tous les types d'établissements combinés, et avec les données correspondantes sur le PIB par habitant et le facteur de conversion en dollars constants PPA. L'ISU tient à jour une base de données mondiale sur les inscriptions et les dépenses initiales totales par niveau d'enseignement, et définit les protocoles et les normes de soumission des données par les pays. Le Fonds monétaire international (FMI) produit et tient à jour des données sur le PIB par habitant et le facteur de conversion en dollars constants PPA.
Limitations
La différence entre «financement initial» (d'où proviennent les fonds à l'origine) et «dépenses finales» (quelle entité effectue les dépenses et envoie les fonds à l'école) est importante à clarifier dans ce type d'indicateur. Par exemple, lorsque les bailleurs de fonds internationaux transfèrent des fonds au budget du ministère de l'Éducation sans affecter des activités spécifiques (telles que l'appui budgétaire sectoriel), les dépenses sont effectuées par le gouvernement, mais le financement provient de sources internationales. Même chose avec une bourse: le bailleur de fonds initial est le gouvernement et le dernier dépensier est le ménage. Soit deux ensembles d'indicateurs devraient être finalement produits (potentiellement déroutant pour les utilisateurs), soit un choix doit être fait sur la perspective qui sera présentée. L'option présentée ici (et à discuter et à valider) est de calculer l'indicateur sur la base du financement initial car a) C'est sans doute plus intuitif - si nous disons `` par source de financement '', les gens s'attendent à voir qui a payé et b) Cela serait mieux aligné sur la méthodologie des comptes nationaux de l'éducation. Notez que si nous choisissons cette option, nous voudrons peut-être changer le nom de l'indicateur en quelque chose comme «Financement de l'éducation par élève par niveau d'éducation et source».

La partie de cet indicateur centrée sur les dépenses publiques est déjà disponible pour un grand nombre de pays, mais pas toujours avec régularité. La formule devrait également être légèrement modifiée si nous devons utiliser le financement initial.

Pour les sources privées et internationales, la disponibilité des données est nettement inférieure, de sorte qu'il faudra plusieurs années et des investissements importants pour augmenter la couverture à un niveau acceptable. À moyen terme, les dépenses «privées» devront peut-être être limitées aux seuls ménages (et seulement pour quelques pays) et aux sources internationales à celles enregistrées dans les budgets publics.

Le manque de données sur les sources des ménages est particulièrement important à prendre en compte lorsqu'on examine les dépenses dans les institutions privées, où les frais ont tendance à être beaucoup plus élevés.

Education expenditure per student by level of education and source of funding

Definition
SDG Indicator 4.5.4: Total initial funding from government (central, regional, local), private (households and other private) and international sources for a given level of education (pre-primary, primary, lower secondary, upper secondary, post-secondary non-tertiary and tertiary education) per student enrolled at that level in a given year. The results should be expressed (i) as a percentage of GDP per capita; and (ii) in PPP$ (constant). Unless an additional disaggregation is proposed, this indicator considers funding for public and private institutions together.
Source Definition
UNESCO Institute for Statistics.
Purpose
This indicator reflects the amount of resources invested on average in a single student, going beyond government sources so that an actual unit cost can be calculated. Using a per student basis is useful for comparison, whether between levels of education, over time, or between countries. Expressing the indicator either as percentage of GDP per capita, or in PPP$, also allows for comparisons between countries, and using constant values when looking at time-series is necessary to evaluate how real (eliminating the effects of inflation) resources are evolving over time.
Calculation Method
The percentage of the total initial funding (i.e. including transfers paid but excluding transfers received) from government (central, regional, local), private (households and other private) or international sources for a given level of education (pre-primary, primary, lower secondary, upper secondary, post-secondary non-tertiary and tertiary education) out of the number of students enrolled at that level in a given year. The result is divided (i) by GDP per capita; and (ii) by the PPP$ conversion factor.
Data Required
Central, regional and local government expenditure data on education by level of education and type of institution; household and (ideally) other private expenditure on education by level of education and type of institution; international expenditure on education by level of education and type of institution; number of students enrolled by level of education and type of institution.
Data Source
At the national level, ministries of finance and/or ministries of education financial management systems are the source of government expenditure on education, although disaggregation by level often implies estimations using data on students and/or teachers by level. Data on expenditure by lower levels of government can be centralized or collected directly from local authorities.

Household expenditure on education is collected through consumption/expenditure surveys, although few surveys disaggregate spending by level of education, type of school and/or nature of expenditure. School censuses in some countries also collect data on financial/in-kind contributions by households/students.

To support the collection of high-quality data, the UIS and the World Bank (2018) have published a guidebook on designing and implementing household surveys that include measurement of expenditure on education. The guidebook provides a standardized set of guidelines to foster the harmonization of education-expenditure data in household surveys, and to ensure that the data collected are more easily comparable across surveys and countries and are sufficiently comprehensive while acknowledging country-specific needs.

Data on other private sources of funding for education (e.g. corporations, local NGOs) are rarely collected systematically and would often require additional surveys proceeded by significant analytical, preparatory and advocacy work.

International sources may be available through governmental financial systems when they are recorded on-budget, and off-budget international funding may sometimes be available through governmental aid management systems, although rarely with the disaggregation needed (ex. by level of education). Data sources for international funding, such as the OECD-DAC database or the International Aid Transparency Initiative (IATI) may be used as a complement, but often present problems of compatibility with other sources, such as government records.
Formula
Education expenditure per student by level of education and source of funding
Education expenditure per student by level of education and source of funding
where
Education expenditure per student by level of education and source of funding expenditure per student in level n of education from source s of funding as a percentage of GDP per capita
Education expenditure per student by level of education and source of funding expenditure per student in level n of education from source s of funding in constant PPP $
Education expenditure per student by level of education and source of funding expenditure on level n of education from source s of funding
Education expenditure per student by level of education and source of funding enrolment in level n of education
Education expenditure per student by level of education and source of funding GDP per capita
Education expenditure per student by level of education and source of funding PPP constant $ conversion factor
Types of Disaggregation
By level of education, source of funding (government, private, international), type of institution (public/private) but with expected lower coverage for private institutions. For household expenditure, eventually disaggregation by wealth, location and sex could also be calculated, but not for government and international sources.
Interpretation
Government funding: When considered as a percentage of GDP per capita, a higher value would indicate a greater priority to the specific level of education given by public authorities. When considered in PPP$, the indicator can show the 'real' amount of resources invested in one student.

Private/household funding: a higher value would signify a greater burden on households, and potential implications for equity and access to education.

For international sources: a higher value would signify a greater commitment from donors to a level of education in a given country, but also potentially a greater degree of aid dependency for governments in terms of education funding.

For all sources combined: the indicator would show the real, total value of resources invested in one student, and therefore the real unit cost. Since the indicator is constructed on a comparable scale (i.e. for one student, and relative to GDP per capita or using a common currency), all its sub-components can be compared to other levels of education, over time, or between countries.

References
UNESCO Institute for Statistics (UIS) and World Bank (2018). Measuring Household Expenditure on Education: A Guidebook for Designing Household Survey Questionnaires. Washington, DC: World Bank. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000366764
Quality Standards
The indicator should be calculated from comprehensive data on enrolment and education expenditure from government, private, and international sources for all levels of education covered by the indicator, for all types of institutions combined, and with matching data on GDP per capita and PPP constant $ conversion factor. The UIS maintains a global database on enrolment and total initial expenditures by level of education, and defines the protocols and standards for data reporting by countries. The International Monetary Fund (IMF) produces and maintains data on GDP per capita and PPP constant $ conversion factor.
Limitations
The difference between ‘initial funding’ (where the funds originally came from) and ‘final expenditure’ (which entity carries out the expenditure and sends the funds to the school) is important to clarify in this type of indicator. For example, where international donors transfer funds to the ministry of education budget without earmarking for specific activities (such as through sector budget support), the expenditure is done by the government, but the funding comes from international sources. Same thing with a scholarship: the initial funder is the government, and the final spender is the household. Either two sets of indicators should eventually be produced (potentially confusing to users), or a choice be made on which perspective will be presented. The option presented here (and to be discussed and validated) is to calculate the indicator on the basis of initial funding because a) This is arguably more intuitive--if we are saying 'by source of funds', people expect to see who paid and b) This would be better aligned with the National Education Accounts methodology. Note that if we go with that option, we may want to change the indicator name to something like “Education funding per student by level of education and source”.

The part of this indicator focusing on government expenditure is already available for a large number of countries, although not always with regularity. The formula would also need to be slightly modified if we are to use initial funding.

For private and international sources, data availability is significantly lower, so that it will take several years and significant investment to increase coverage to an acceptable level. In the medium-term, ‘private’ expenditure may have to be limited to households only (and only for a few countries), and international sources to those recorded in government budgets.

The lack of data on household sources is especially important to consider when looking at expenditure in private institutions, where fees tend to be much higher.